03/11/2008

question posée

Depuis hier, une question tourne sans cesse.
De plus en plus d’organisations, structures de la Transmission de la Mémoire de la Shoah, sont créées, gérées par des Non-juifs. Loin de moi, l’idée d’être contre. Je me demande pourquoi si peu d’héritiers de la Shoah (seconde génération) s'intéressent àla Shoah ?
Cela n’est pas normal. Il est facile de comprendre que la première génération avait un blocage. Il n’empêche que le nombre de participants aux commémorations était plus nombreux. Maintenant cela se réduit à une peau de chagrin.
De cette question découle une constatation : ma présence ici, est perçue comme une audace.
Les non Juifs ne comprennent pas tout simplement. Ils ont oublié que nous sommes vivants. Manque d’habitude !
Hier (le 2/11) après-midi avait lieu un débriefing au MDSM (maison des jeunes) auxquels participaient trois anciens déportés belges accompagnant un groupe de lycéens luxembourgeois. Voyage d’étude organisé comme chaque année par l’association : Témoins de la seconde génération. Pour des lycéens, il est parfois difficile de poser « la » question devant les professeurs, amis. Une question m’a été posée par une jeune. Question importante. Existe-t’il des questions idiotes (sur la Shoah, racisme, intolérance, …) ?
Qu’est-ce que Hitler avait contre les Juifs ? (pourquoi Hitler haïssait tant les Juifs)
Cette question, comme d’autres Juifs, je me la suis posé. Il a fallu beaucoup de temps, de réflexion pour arriver à deux possibilités de réponses.
Hitler se considérant comme « Dieu », il ne pouvait supporter la concurrence.Les Juifs représentaient une concurrence dangereuse.
La notion de libre-arbitre est un concept fondamental du Judaïsme. On trouve sa racine dans l’Exode. Les Hébreux sortis d’Egypte, ne peuvent redevenir des esclaves. ( Cela est plus complexe, sur ce site, je résume en très grandes lignes, car on retrouve ce principe à Pessa’h et les Dix Paroles).
Hitler, Dictateur ne peut supporter le libre-arbitre.
Ce fut le cas dans les dictatures en Europe de l’Est. Dès l’arrivée des Bolcheviques, par exemple en Pologne, des pogroms se sont déroulés. Manipulation des nouveaux maîtres contre la population Juive avec l’aide des Polonais Chrétien. La Pologne ne fut pas le seul pays à tout mettre en œuvre pour se débarrasser de ces Juifs dérangeants.
Pour revenir au débat qui suit les visites d’Auschwitz et Birkenau, j’ai la conviction, dans l’esprit de beaucoup de jeunes, après la libération, les Juifs ont eut une vie « normale ».
Bien sûre des questions sur les aides (qui aurait pu aider les Juifs sortant des camps ? Qui avait la volonté ?), jamais une seule question n’a été posée sur le retour des Juifs en Europe de l’Est.
Les Juifs furent très mal accueillis dans leur ville, village en Europe de l’Est. Ils n’avaient plus rien. Plus de toits, plus de travail, pas la possibilité d’être réellement soignés.
Ils étaient des pestiférés. Les souvenirs de mon grand-père, je suis née en 1953, sont ceux d’un homme silencieux, regard perdu au loin, une immense tristesse. Ma mère ne parlait pas non plus. C’était la « loi du silence ». Il fallait cacher cette identité juive. Lorsque le régime avait besoin de « bouc émissaire » comme après 1956-57 (insurrection hongroise) ce furent des Juifs. Du haut de mes 4 ans et demi (+--) je sais ce que signifie la folie meurtrière, la haine des juifs. Si je suis la seule vivante, je le dois à ma réaction. Au lieu de courir vers le corps de ma mère, tombée, j’ai affronté l’assassin. Dur d’abattre froidement une enfant qui ose vous regarder droit dans les yeux sans peur. Après c’est le trou noir. Le regard de cet assassin, je ne l’oublierait pas.
C’est pour cela que je suis venue ici. Être vivant dans mon cas est un miracle, et vivre dans cette ville symbole de la Shoah par excellence me semble être un bon endroit. Pour rappeler à tous, qu’envers et contre tout c’est la vie qui est la plus forte. La vie gagne toujours sur la mort. Comme le printemps qui revient après l’hiver….

18:22 Écrit par cheana dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.