20/03/2009

Négationnisme

La loi punit les thèses négationnistes. Cela n’empêche pas la négation du génocide Arméniens.
Ceux qui ont toujours et continuent à nier ce fait historique, sont les mêmes qui nient la Shoah.

Pour la première fois, un survivant a été confronté à des propos ignobles.

La classe politique belge est choquée ! Surprise ! Comment vont-ils gérer ce problème ?

En envoyant des jeunes à Auschwitz ?

Ces voyages sont basés sur l’émotionnel. Travailler sur l’émotionnel n’a pas d’impact réel. Sur un groupe de jeunes, on estime plus de 80% qui n’ont rien vu et rien entendu. On peut tout voir ou ne rien voir à Auschwitz. Certains sont déçus.
Il suffit d’entendre certains commentaires sur le site même de Birkenau de visiteurs de tous âges, de toutes nationalités pour prendre conscience du peu d’impact.
Les témoins disparaissent. Avec leurs disparitions les thèses négationnistes apparaissent ouvertement.
Quel discours peut-on tenir face à des négationnistes ?

Lorsque je me rends sur le site de Birkenau, je vois la photo de ma grand-mère. J’observe son comportement face à un nazi la photographiant. Son comportement, son regard sont pleins de mépris envers ce SS. Il arrive parfois qu’une personne ait des commentaires blessants en regardant cette photo. Il suffit de me placer devant le panneau, le choc est immédiat. Cette personne a devant elle en chair et en os une copie conforme. Cela fait peur, fait réfléchir.

Ma présence dans la ville symbole est un acte de résistance. Une victoire contre l’oubli. Seule survivante de ma famille, je me dois de résister. Née après la seconde guerre, les rares survivants de ma famille à une exception (moi) ont été assassinés par d’autres bourreaux. Terminant le sale travail des Nazis.

 

14:43 Écrit par cheana dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.