09/01/2011

Lublin : Histoire juive (3)

En remontant vers la vieille ville, nous longeons la rue LUBARTOWSKA
Ce fut le nouveau quartier juif avant la guerre. L’aspect a peu changé.
Le premier quartier juif s’étendait au pied du château, dnas la seconde moitié du XIXe siècle, les Juifs s’établirent le long de la rue Lubartowska et sur la colline Czwartek.
L’édifice voisin de l’ancienne académie des Sages est l’ex-hôpital juif, aujourd’hui une clinique.
L’hôpital juif fut fondé en 1886, il disposait dans les années 1930 d’une centaine de lits. En 1986 une plaque commémorative y a été posée. Cette plaque commémore les patients de l’hôpital juif assassinés par les nazis le 27 mars 1942.
A l’angle de la rue Lubartowska et Czwartek, dans la cour en face du n°7, se trouve la Maison Populaire Juive (rue Szkolna 16), construit par le Bund de Lublin. Terminé en 1939, l’édifice n’arriva pas à remplir son rôle de centre de la vie juive.
Après 1945, il a été, durant quelques années, le siège du comité Juif, d’une bibliothèque et d’une société culturelle.
Aujourd’hui siège de la Caisse Régionale de Maladie
La synagogue de la Confrérie des Porteurs de morts (Hevrat Nosim)
Izba Pamieci Zydow Lubelskich



La synagogue se situe au numéro 10 de la rue Lubartowska.
A la fin du XIXe siècle, la synagogue était une maison de prière et d’enseignement de la confrérie funéraire Hevrat Nosim. Les lectures talmudiques données par Moshe Ajzenberg et David Muszkatblit (Shiour be Tsibour) acquirent une grande renommée.
La synagogue est restée en fonction jusqu’en 1984 quand, en raison du nombre insuffisant de fidèles, les offices furent suspendus.
Depuis la rénovation de 1987, une partie du bâtiment sert à des fins religieuses. Comme ce fut les cas pour la bar mitsva de David Muszkatblit, arrière-petit-fils du grand talmudiste, s’y est déroulée en 1987,.


La seconde partie a été transformée en Mémorial des Juifs de Lublin, avec une exposition de photographies d’archives, de vieux ouvrages et divers objets de culte.



En mai 1995, le fonds rassemblé durant des décennies a été volés.
Il n’a été possible de reconstituer qu’une partie de la collection.



En face se situait le ghetto de Lublin





La Place Ofiar Getta ( des victimes du ghetto)



La rue Lubartowska conduit à la place du mémorial.
Il ne faut pas s’attendre à découvrir un mémorial bien visible au premier regard. Il est un peu caché par les autres bâtiments, les arbres.

La recherche des traces juives exige une connaissance de l’histoire juive de la ville, des lieux.
On retrouve des traces de vieilles maisons rue Kowalska.



Le vieux cimetière juif

L’avenue Tysiaclecia conduit à la rue Podzamcze que l’on suit jusqu’au carrefour de la rue Lwowska.
Il est un des plus anciens de Pologne. Il fonctionna de 1541 à 1829. Certaines sources mentionnent des obsèques remontant à 1489.

La tombe du Hozé de Lublin*1 est une des plus importante du vieux cimetière.
Une allée de béton mène de la porte d’entrée à tous les monuments importants.
La première matseva date de 1541 et indique le lieu de repos de Yakov ben Yehuda ha-Levi Kopelman , talmudiste, mort en 1541.
C’est la pierre tombale la plus ancienne de Pologne se trouvant à l’endroit original de sépulcre..
Le cimetière à subi à plusieurs reprises des dévastations.
Après la période communiste, il a été remis en ordre et inventorié dans las années 1980, par la société de Protection des Souvenirs culturels Juifs de Lublin.
suite à des actes de vandalisme dans les années 1988-1991, plusieurs pierres tombales ( 40 sur les 80) ont été détruites.
Les deux pierres tombales suivants sont celles du chantre Abraham (mort en 1543) et du talmudiste Yehuda Leib (mort en 1596).
Le tombeau protégé par une grille spéciale avec des traces de polychromies, couvert d’un grand nombre de Kvitlech est la sépulture du Hozé de Lublin.
Ensuite l’allée bifurque. Le sentier latéral conduit à une plaque sans ornements sur laquelle, il se trouve de petites lampas et de kvittlech que chez le Hozé de Lublin. C’est la tombe du grand savant talmudiste Chalom ben Joseph Chachna.
La troisième des plus importantes, cassée et entourée de chandelles, fut exécutée en 1574 en hommage à Shlomo ben Yechiel Louria, surnommé le Maharchal.*2
Les autres personnages qui reposent sont : Moshe Montalto (mort en 1637), médecin renommé ; Abraham Chaim ( mort en 1762), président de la Diète des Quatre Terres. Sa tombe est décorée d’uns statue d’Artémis à l’arc ; le rabbin Israël ha-Levi Horovitz (mort en 1819) surnommé Eisenkopf (Tête de fer).
Le mur entourant le cimetière remonte au XVIIe siècle.

Malgré son caractère historique, le cimetière n’est pas accessible aux touristes.
Pour visiter le cimetière il faut demander la clé. Il faut s’adresse à Jozef Honig, rue Dembowskiego 4/17.
Ce qui m’empêcha de la visiter. Le responsable n’était pas disponible lors de mes deux séjours à Lublin.
A Tarnow, il faut s’adresser à l’office du tourisme. Ce que je fis à Lublin.
En réalité, je ne l’appris qu’aujourd’hui de retour de mes deux voyages, il faut s’adresse à Josef Honig.
Le but était d’inventorié, trente années après la première la dernière remise en état. D’effectuer un état des lieux photographique indispensable pour des archives.

*1 Hozé de Lublin :
Yaacov Isaac ha-Levi Horovitz (1745-1815), surnommé le Hozé de Lublin (Celui qui voit), fut l’un des créateurs du hassidisme polonais. Disciple d’Elimelech de Lezajsk et de Dov Ber de Miedzyrzecze, devint célèbre pour ses facultés extraordinaires. Notamment la voyance, la guérison de la stérilité et la lévitation. Ce qui lui valut d’être le protagoniste de prédilection du folklore juif. Sa science se focalisait sur la formation étique de ses adeptes ; lui, s’était isolé des ignonimies de ce monde en portant en permanence un bandeau sur les yeux. Les circonstances de la mort tragique du Hozé sont énigmatiques. Selon ses adeptes, le tzaddik arait lévité en extase par la fenêtre de sa maison au 28 de la rue Szeroka, en réclamant à haute voix l’arrivée de Messie. Cela se passait le 9 Av (jour de Tisha be-Av).

*2rabbi Shlomo ne Yechiel Louria (1510-1574),surnommé Maharchal, fut l’un des plus éminents talmudistes de son époque.
>En 1555, il vint à Lublin pour être recteur de la Yechiva mise en place par un autre grand savant, Chalom ben Joseph Chachna.
il toma en conflit avec le pro-recteur et en 1567, il créa sa propre Yeshiva : Maharchal-Shul.
Il conquit une grande autorité en tranchant de nombreuses questions religieuses.
Ses réponses aux problèmes forment le recueil intitulé Iam Shel Shlomo (Mer de salomon) publié à Lwow en 1574.
Mayer ben Gidali ( mort en 1616) surnommé Maharam, commentateur du Talmud, était l’autre grand patron de la plus grande synagogue de Lublin. Le dernier gérant (Gabai) de la synagogue s’appelait David Keller. Ses récitations sur le Torah (Bal-Kore) sont passées dans l’histoire.

20:43 Écrit par cheana | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.