22/12/2011

Dans un peu plus d'un mois

Le 27 janvier, nous commémorerons la libération des Camps. Journée de la Shoah, aussi journée contre la Barbarie humaine (cette précisons n’est pas reprise dans l’intitulé).
Comme chaque année à la même époque surgissent des négationnistes. Aussi des articles sur Auschwitz.Rares sont les articles (personnes vivant dans cette ville : Oswiecim. J’y vis oui réellement environ 80% du temps) datent de plusieurs décennies, ne soient pas truffés d’erreurs.
Pourquoi doit-on lire encore en 2011 des affirmations fausses concernant les Polonais.Encore et encore, nous lisons les affirmations qu’à Oswiecim les habitants sont antisémites.
Depuis plus de cinq années, en tant que juive et seule citoyenne juive dans cette vile, je n’ai pas eu d’insultes, de menaces. Ce qui n’est pas le cas ailleurs, hors de Pologne.
Revenons aux articles publiés ces jours dans des journaux français. On peut y aller
« Mercantilisme, bousculade, attitudes choquantes… L'ancien camp d'extermination d'Auschwitz est la
première destination des tour-opérateurs de Cracovie. Dans la foule, se recueillir est impossible. » Télérama du 14 décembre 2011
En premier Auschwitz donc le KL Auschwitz était le Konzentration Lager et non camp d’extermination (qui est Birkenau ou Auschwitz II) quant au Camp de travail (ou fut interné Primo Lévi pas un mot). Cela mérite d’être rappelé. De plus il y eut plus d’une quarantaine de petits camps dans la ville et au alentour (inconnu de tous les journalistes).
Oui il existe ce que nous appelons (habitants d’Oswiecim et moi) : Shoah Bizness.
Mais : cela n’a rien à voir avec le travail remarquble effectué par le directeur du Musée (le terme de musée fut souhaité par les survivants) et les guides.
Impossible de se recueillir ? Non , on peut TOUT voir où NE rien voir.
Il est possible de se recueillir même au KL Auschwitz. Plus facile à Birkenau moins visiter.
Les gardes, les guides et la direction du musée font TOUT ce qui est possible afin d’obtenir des visiteurs le respect dû à cet endroit.
Des panneaux indiquent clairement ce qui est interdit. Beaucoup de visiteurs ne les voient pas !!!!!!!
Quand j’écris, on peut tout ou ne rien voir….
« Télérama »

À Oswiecim, la ville dont Ausch­witz est le nom germanisé, on suit ces débats d'un œil critique. Janusz Marszalek, le maire, personnage très controversé, élu sans étiquette en 2002 et réélu en 2005, alors promoteur, avait obtenu en 1996 la permission de construire à l'entrée du camp un centre commercial de 5 000 mètres carrés. Le tollé international l'a contraint à reculer. Aujourd'hui qu'il dirige la ville, les rapports avec l'administration du musée sont très tendues. « Ici, nous sommes à Oswiecim, une ville. Auschwitz, c'est à côté », lance-t-il d'entrée à tout visiteur. Il bloque divers projets, dont l'établissement d'un centre pédagogique dans le bâtiment occupé, entre 1984 et 1993, par des carmélites. Une con­currence touristique s'est mise en place entre les deux lieux, Oswiecim offrant la visite d'un château du XVIIIe restauré en 2008 et le projet d'une stèle dans le centre-ville dédiée à... « toutes les victimes de la Shoah ».

Janusz Marszalek n’est plus le maire de la ville. La discothèque se trouvait dans la ville. Parler de concurrence touristique entre le musée et la ville prouve la méconnaissance complète de la réalité. C’est choquant.
La stèle... Jusqu’à aujourd’hui…Personne ne l’a jamais vue. Peux être existe-t’il une autre ville portant le nom d’Oswiecim.
Pour ceux qui veulent en savoir davantage
http://www.youtube.com/maaschantal
Site officiel du Muzeum d’Auschwitz
http://en.auschwitz.org/m/index.php?option=com_wrapper&Itemid=85
http://web.me.com/chantalmaas/Shoah_Bizness/1.Kazimierz_Auschwitz.html
http://chantalmaas.blog.fr/

23:58 Écrit par cheana dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.