29/10/2015

L'Historie se répéte

http://www.lapausecafe.org/dev/index.php/features/histoire-et-antisemitisme/1519-l-histoire-se-repete
"Et L’Éternel dit à Abram : "Sache que tes descendants seront étrangers (Ger) dans un pays qui ne sera point à eux ; ils y seront asservis et on les opprimera pendant quatre cents ans"." (Genèse 15:13)
Qui aurait pu imaginer qu’un exode se déroulerait au XXIe siècle ?
Pour Cheana, c’est un choc, cela lui rappelle sa propre petit histoire.
Elle est devenue une réfugiée ensuite une étrangère.
L’étranger est celui qui est étrange ; Parce qu’étrange, donc différent, fait peur.
De cette peur naît la haine, le rejet.
En devenant réfugié toute son histoire semble confisquée. On devient déraciné.
Être de là-bas et d’ici. Être nul part chez soi.
Tout change, le paysage, les us et coutumes, langues, culture.
Lorsqu’un enfant se retrouve sur la route de l’exil, il ne l’a pas choisi. Il subit.
Un sentiment étrange. On meurt pour renaître ailleurs.
De ce traumatisme on ne s’en remet jamais. La plaie reste béante à vie.
Comment une petite juive ne comprenant pas un mot de français peut comprendre ce qu’on exige d’elle ?
Que signifie ce rituel du matin ? Se rendre comme toutes les fillettes à l’église pour se confesser ? Avouer tous ses terribles péchés ?
Très fière d’elle, certaine d’avoir « compris » ce qu’on attend, elle avouera tous les matins au prêtre. Pour lequel elle à un attachement. Le pauvre il ne voit que d’un œil.
Donc, en cachant un œil, elle ira confesser : "J’ai volé le chocolat qu’on m’a donné."
Dans le quartier où se trouve cette école de nonnes, il y a une chocolaterie hautement célèbre. L’odeur du chocolat on ne s’en lasse pas. C’est l’odeur du bonheur, de l’enfance, de l’insouciance.
Durant presque 5 années, on tenta de faire d’elle une future religieuse. Elle était la seule à connaître le notre père. Pas très différent de Avinou Malkenou. La prière de Marie, posait problème. Elle retrouvait certains repères. Les 7 lois Noahides. Elle venant de la « Maison mère », il lui semblait toutefois manquer certains préceptes.
Dès l’instant où elle est devenue autre, elle sera trop différence. Elle dérange, elle intrigue. On la rejettera.
La notion de tolérance envers les Autres semblait inconnu.
Quel est le vrai sens de la tolérance ?
Laisser la place à l’Autre pour qu’il vive avec moi. Réduire son propre espace pour permettre à l’Autre d’être lui-même. De vivre à côté de moi.
Le judaïsme n’est pas une religion, tel que définit dans le christianisme. IL n’y a pas de dogmes.
Le judaïsme est Humanisme.
Le respect et l’amour du prochain sont des enseignements de base des grands Maîtres du judaïsme. Pour le judaïsme, toute l’humanité descend d’un seul homme, Adam. C’est, dit le Talmud, afin que nul ne puisse se prévaloir d’une antériorité privilégiée dans la hiérarchie de l’humanité. L’Homme a été créé pour parachever l’œuvre de D-ieu. Il est un associé du Créateur.
Les Rabbins du Talmud, conscients de l’importance du caractère unique de l’homme sur cette terre, essaient quant à eux de définir la raison de cette unicité.
« Pourquoi à l’origine un seul homme ?», demandent-ils. Pour nous enseigner la puissance du Créateur. Le Saint Béni Soit-Il multiplie l’humanité avec le seul moule d’Adam et pourtant aucun homme n’est identique à l’autre.
« Pourquoi un seul homme?»,répètent-ils.
Afin que personne ne puisse dire : « Mon père était plus noble que le tien » ou « mon sang est plus rouge que le tien ».
Pourquoi un seul homme?», soulignent-ils enfin.
Pour que les familles de la terre ne soient pas en lutte les unes contre les autres. Malgré leur parenté avec Adam, elles n’arrivent pas à s’entendre, combien plus se déchireraient-elles si D-ieu avait créé plusieurs hommes.
Affirmer la supériorité d’une espèce par rapport à l’autre ; établir une hiérarchie entre les êtres humains ; créer une discrimination fondée sur l’ethnie ou sur l’origine... c’est s’élever contre la Tora, qui donne à l’humanité un Père commun.
L’étranger, cet être qui inquiète trop souvent aujourd’hui et dont on veut faire un paria dans nos sociétés industrielles, cet étranger, nous nous devons de veiller sur lui.
Plutôt que de l’absorber, nous devons l’encourager à se vouloir fidèle à lui-même.
Son identité nous est précieuse et le judaïsme nous enseigne de mettre l’accent sur cette solidarité et le respect de l’identité de tout un chacun.
Ainsi, dans le 1er livre des Rois, nous trouvons cette belle invocation du Roi Salomon :« Je t’implore aussi pour l’étranger qui ne fait pas partie de ton peuple Israël et qui viendrait de loin pour honorer Ton Nom. Toi tu l’entends du Ciel ; Ton auguste résidence et Tu exauceras les vœux que T’adressera l’étranger.»
Le concept de tolérance s’applique même à l’adversaire. Nous lisons dans le livre des Proverbes :« Si ton ennemi a faim, eonne-lui à manger ; s’il a soif, donne-lui à boire de l’eau.»
La solidarité doit se manifester envers tous les sujets sans distinction.
Le Lévitique enseigne que : « Si un étranger vient séjourner dans votre pays, il sera pour vous comme un compatriote.»
« Les étrangers, nous l’avons lu sur les réseaux sociaux, mobilisent l'imaginaire et la peur. Peur exploitée efficacement grâce à des manipulations, de la propagande de certains États paranoïaques. Les extrêmes-droites se sont mobilisées. Nombres d’Européens ont relayés des horreurs. La déferlante de haine envers ces victimes d’une guerre horrible, doit nous faire honte.» (Grand Rabbin Yits'haq Dayan, le 13 Juin 2010 en la maison du Cénacle à Genève.)
« Tu n'opprimeras point l'étranger (Ger); vous savez ce qu'éprouve l'étranger (Ger), car vous avez été étrangers (Ger) dans le pays d'Égypte.» (Exode 23:9)
« Tu ne maltraiteras point l'étranger (Ger) et tu ne l'opprimeras point car vous avez été étrangers (Ger) dans le pays d'Égypte.» (Exode 22:21)

14:14 Écrit par cheana dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.